top of page
Posts à l'affiche

L’art de communiquer avec les Brésiliens


Pour mobiliser vos équipes Brésiliennes et vous faire accepter en tant que « chef », il faudra que vous appreniez à vous imposer en respectant certains codes culturels incontournables. C’est tout l’art de communiquer avec les Brésiliens. Voir aussi Décoder la culture brésilienne.

Mobiliser les équipes

Les Brésiliens ont une faculté naturelle à transmettre de l’énergie positive autour d’un projet commun. Portés par leur volontarisme et leur optimisme inné, ils sauront voir grand et mobiliser leur équipe pour l’amener à se surpasser. Un Brésilien motivé engagera toute sa force et toute son émotion dans un projet, en y laissant parfois un peu de rigueur… Cependant, bien canalisée, cette énergie donnera à l’entreprise le souffle nécessaire pour surmonter les crises et initier de nouveaux projets, même dans un contexte difficile.


Il est donc primordial, pour un manager, de savoir « mettre les formes » pour nourrir et préserver ce volontarisme en toute situation. La mobilisation et la cohésion des équipes dépendront donc de la qualité de l’ambiance de travail émanant du manager, dont l’intérêt sera toujours d’encourager plutôt que de dénoncer ou contraindre.

Apprendre à s’imposer


La structure patriarcale, encore très ancrée dans la société brésilienne, entretient l’existence d’une hiérarchie verticale dans de nombreuses organisations publiques et privées. Mais cette hiérarchie, où le chef ultime et respecté est seul décideur, n’empêche pas le développement de relations simples et informelles entre les collaborateurs des différents niveaux de la pyramide. Le chef brésilien est, le plus souvent, proche de ses équipes ; il intervient aussi bien dans la sphère professionnelle que personnelle, et sait faire preuve d’empathie et d’affection. Il sait écouter et communiquer avec patience en toutes circonstances et n’hésite pas à appeler ses collaborateurs par leur prénom.

Il a cette capacité fondamentale de « souplesse » et de « relativité » dans les relations et situations professionnelles, ce qui l’aide à canaliser l’émotion et la motivation des équipes lors de réunions internes. Cette faculté du « bon chef » est appelée en portugais ter jogo de cintura (« avoir du jeu de hanche »).

Tel est l’art du chef brésilien de s’imposer sans s’opposer en recherchant toujours, avec le tact nécessaire, le consensus collectif.


Garantir le succès du projet à long terme

Le succès d’un projet avec une équipe brésilienne ne pourra être garanti sur le long terme qu’au prix de contacts multiples et diversifiés (réunions spontanées, conférences téléphoniques à distance, etc.). Plus ces échanges seront nombreux et fréquents, meilleurs seront l’investissement de chacun et donc l’avancée du projet. Il est aussi conseillé de privilégier le travail collaboratif avec un management par consensus, la mobilisation et la cohésion des équipes restant la clé du succès.

Ainsi, le temps investi dans les relations humaines et la communication rendra l’ambiance de travail propice à la productivité et donc à la gestion des délais.

Pièges à éviter et recommandations